Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les écosystèmes d'affaires, un malentendu prolifique

Publié le jeudi 24 mai 2018 . 4 min. 59

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le concept d’écosystème est souvent utilisé pour décrire les relations qu’entretiennent les géants de l’économie numérique, les GAFAM, avec leurs fournisseurs, leurs sous-traitants, leurs clients et tous les acteurs susceptibles d’évoluer dans leur sillage.

 

On parle ainsi de l’écosystème Google, qui inclut notamment les fabricants de smartphones qui utilisent le système d’exploitation Android, les éditeurs qui diffusent du contenu sur la plateforme de vidéos YouTube, ou les constructeurs automobiles qui intègrent le service de navigation Waze. En face, on trouve l’écosystème Apple, qui rassemble entre autres les auteurs des applications proposées en téléchargement sur l’iTunes Store – qui en 2017 a réalisé à lui tout seul un chiffre d’affaires supérieur à celui de l’industrie mondiale du cinéma –, mais aussi les fabricants d’écouteurs ou d’étuis pour iPhone, ou encore les commerçants qui acceptent le paiement sans contact Apple Pay.

 

Un concept apparu en même temps que le web…

 

Niché au cœur de son écosystème, chacun des GAFAM ressemble désormais à une planète géante, qui attire dans son orbite de multiples satellites, sans avoir besoin de les posséder, ni même parfois d’établir avec eux des relations contractuelles formalisées. Certains de ces satellites parviennent à participer à plusieurs écosystèmes, d’autres sont intégralement inféodés à un seul.

 

Il est intéressant de souligner que le concept d’écosystème d’affaires est contemporain du web. Il a en effet été forgé en 1993 par le consultant James Moore, dans un article de la Harvard Business Review. Formellement, un écosystème d’affaires est une communauté d’acteurs rassemblés autour des spécifications techniques définies par une entreprise dominante, qui construit ainsi une plateforme partagée. Petites ou grandes, publiques ou privées, les organisations réunies au sein d’un écosystème d’affaires participent à des degrés divers à un objectif commun : accroître la valeur de leurs offres respectives aux yeux des clients. En vertu de l’effet de réseau, plus nombreux sont les clients satisfaits d’un écosystème, encore plus nombreux ils seront : plus un écosystème est riche et répandu, plus il est attractif. Pour autant, le partage de ce surcroît de valeur n’a pas de raison d’être équitable. Microsoft est ainsi bien plus rentable que les fabricants d’ordinateurs qui utilisent Windows, et ses marges élevées sont notamment obtenues au détriment des constructeurs tels que HP ou Lenovo.

 

…qui enrichit considérablement les théories de la concurrence

 

D’un point de vue stratégique, le grand intérêt de la notion d’écosystème est qu’elle enrichit significativement la notion de concurrence. Traditionnellement, les concurrents sont des entreprises individuelles qui cherchent à répondre aux mêmes attentes des mêmes clients. Orange, Bouygues, SFR et Free sont ainsi en concurrence pour attirer les consommateurs à la recherche d’un forfait téléphonique à 19,99 euros, tandis que McDonald’s et Burger King s’affrontent pour convaincre ceux qui veulent déguster un hamburger à 4 euros.

 

Les écosystèmes élargissent cette vision en montrant que dans de nombreuses industries, la concurrence ne se limite pas à des entreprises individuelles, mais oppose de véritables constellations d’entreprises, qui peuvent être clientes, fournisseurs, complémentaires, partenaires ou alliées. Avec les écosystèmes, la concurrence change d’échelle. Pour s’emparer du marché des smartphones aux dépens de Nokia, on a coutume de dire qu’Apple a fait basculer l’industrie des télécoms d’une compétition entre terminaux à une compétition entre écosystèmes. Bien des industries, que ce soit la photo avec Canon et Nikon ; la console de jeux vidéo avec Nintendo, Sony et Microsoft ; ou la musique avec Spotify, Youtube, Apple Music et Deezer, voient ainsi s’affronter des écosystèmes concurrents.

 

Créer ou rejoindre un écosystème, un choix stratégique majeur

 

Pour autant, même si la compétition est au cœur de la logique des écosystèmes, ils entretiennent souvent des relations bien plus complexes qu’un simple affrontement, et leurs intrications sont fréquentes. On trouve ainsi des applications Google et Microsoft sur iPhone, le logiciel iTunes d’Apple est présent sur Windows, et la plupart des éditeurs de jeux vidéo veillent à proposer des versions compatibles avec chacune des consoles du marché, et donc à participer simultanément à plusieurs écosystèmes. C’est un peu comme si des objets célestes pouvaient appartenir à plusieurs systèmes solaires en même temps.

 

Quoiqu’il en soit, choisir de créer un nouvel écosystème ou de rejoindre un ou plusieurs écosystèmes existants – et lesquels – est devenu une décision stratégique majeure pour de nombreuses entreprises, que ce soit dans l’automobile, la banque, la sécurité, la santé ou la domotique.

 

Au total, même s’il s’agit d’une métaphore très largement discutable (les écosystèmes d’affaires n’ont en fait pas grand-chose à voir avec leur équivalents biologiques, et James Moore a vraisemblablement mal choisi cette appellation), la notion d’écosystème d’affaires permet de mieux comprendre les évolutions de la concurrence et les subtilités de la stratégie. C’est donc un malentendu, mais c’est un malentendu prolifique.


Les dernières vidéos
Comprendre

#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Comprendre la théorie des jeux Philippe Gattet 23/11/2021
Philippe-Gattet-Comprendre-la-theorie-des-jeux-306348547.jpg
06:30
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Comprendre la rente relationnelle Philippe Gattet 30/09/2021
Philippe-Gattet-Comprendre-la-rente-relationnelle-306348417.jpg
04:49
#a544a3 STRATÉGIE & MANAGEMENT Comprendre les synergies stratégiques Philippe Gattet 08/09/2021
Philippe-Gattet-Comprendre-les-synergies-strategiques-306348368.jpg
04:39

Les dernières vidéos
de Frédéric Fréry

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER