Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La PME française qui agite les foules d'Hollywood

Publié le jeudi 7 novembre 2013 . 3 min. 56

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse de Pascale Mollo, chargée de mission Xerfi

Des supporters de foot en délire dans un stade, des hordes de guerriers qui s'affrontent, des armées de zombies qui envahissent la ville. La modélisation et la simulation de foules virtuelles, c'est le métier de l'éditeur de logiciels de création 3D Golaem. Golaem, une PME née à Rennes en 2009 d'un spin off de l'Inria, organisme de recherche publique dédié aux technologies numériques. Et c'est son logiciel Golaem Crowd, qui fait aujourd'hui un tabac dans les milieux du cinéma et de la publicité. Jusqu'à séduire même Hollywood.

Alors pourquoi ? D'abord, pas besoin d'engager des centaines de figurants pour des scènes de quelques secondes. Pas besoin non plus d'un ingénieur informatique pour réaliser ses plans de foule à l'écran et tester une séquence. Enfin, quelques jours de formation suffisent pour maîtriser Golaem Crowd contre plusieurs mois pour l'outil concurrent, Massive. C'est dire le temps gagné et donc les économies  réalisées. Les studios et autres spécialistes des effets spéciaux ne s'y sont pas trompés. Le logiciel de Golaem a ainsi été utilisé dans un épisode de la série américaine Game of Thrones, dans l'un des spots publicitaires d'Orange pour sa 4G ou encore dans le dernier Astérix. Parmi les quelque 30 clients de la start up bretonne, surtout étrangers, on trouve entre autres les Californiens Zoïc Studios et Pixomondo.

Et Golaem n'entend pas s'arrêter là. La V3 de son outil, attendue début novembre, permettra l'animation en 3D de n'importe quelle foule de personnages complexes, insectes ou monstres, là où la V2 se limitait aux bipèdes et quadrupèdes. Mais la PME a d'autres ambitions. D'abord, conquérir les écrans des consoles de jeux vidéo. Ensuite, étoffer son réseau mondial de distributeurs, au nombre de 9 aujourd'hui. Golaem commercialise aussi son logiciel en direct. Plus précisément, la jeune pousse propose aux studios d'acheter des licences d'utilisation. Une licence perpétuelle ou à l'usage. Une licence bloquée sur un seul ordinateur chez le client ou bien une licence dite flottante, c'est-à-dire utilisable par n'importe qui chez le client. Un modèle qui s'apparente au Saas (software as a service).

Mais le coup de maître de Golaem, c'est d'avoir obtenu le statut de développeur agréé auprès du géant américain de l'animation 3D, Autodesk. En clair, Golaem Crowd est un plug-in de Maya. Maya, c'est l'outil d'Autodesk mais surtout LE logiciel de référence des artistes et infographistes 3D du monde entier. C'est bien la preuve que si l'Américain Autodesk domine le marché mondial de l'animation 3D, des start up  françaises y ont aussi trouvé leur place. L'astuce ? Proposer des briques technologiques pour optimiser les logiciels de l'Américain. C'est ce qu'a fait Realviz, elle aussi résultat d'un spin off de l'Inria et avalée en 2008 par Autodesk. Golaem, la start up de seulement 300 000 euros de chiffre d'affaires prévus cette année, connaîtra-t-elle le même sort ? Nombre de pépites françaises de l'édition de logiciels passent en effet sous pavillon étranger, faute de pouvoir financer leur développement. Aujourd'hui détenue à 70% par ses co-fondateurs et salariés et pour le solde par le fonds d'amorçage IT2 Investissement, Golaem doit lever 1 million d'euros auprès d'investisseurs. Des investisseurs qui cèdent en principe leur participation au bout de 4 à 5 ans? 

Pascale Mollo, La PME française qui agite les foules d'Hollywood, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER