Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Taxation de l'héritage : le vrai débat économique

Publié le mercredi 10 octobre 2018 . 3 min. 48

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Les adhérents de la République en marche ont fait remonter une idée, présentée par leur dirigeant, Christophe Castaner, et immédiatement tuée dans l’œuf par le président de la République : et si on taxait un peu plus fortement l’héritage ?

 

Le patrimoine médian de l’ensemble des Français (la moitié en détient plus et l’autre moins) se situe selon l’Insee à 158 000 euros. Celui des personnes âgées de plus de 70 ans est de 157 000 euros. Les plus gros détenteurs de patrimoine sont dans la tranche d’âge 50-70 ans. Premier point : si la taxation de l’héritage peut être mise en débat, elle ne concerne pas uniquement les personnes à la retraite.

 

Avec le vieillissement de la population, la question des flux successoraux va prendre de plus en plus d’importance et rapidement. Le montant annuel des flux de successions s’établit autour de 250 milliards d’euros, soit un peu moins de 20 % du revenu disponibles des ménages contre 8,5 % en 1980. Et ça va continuer à monter à un quart des revenus en 2050. Les patrimoines hérités représentent environ 60 % des patrimoines.

 

Les recettes fiscales issues des successions se montent à 13 milliards d’euros un peu plus de 1 % des recettes fiscales. Le taux moyen d’imposition est de 5 %, il est de 2 à 3 % pour les transmissions en ligne directe (de parents à enfants).

 

Selon des calculs réalisés par France Stratégie, seuls les 20 % d’héritages les plus importants supérieurs à 100 000 euros sont taxés. Et il faut dépasser les 410 000 euros d’héritage en ligne directe pour être taxé à plus de 10 %, ce qui concerne 1 % des héritages !

 

Accroître la taxation de l’héritage n’est pas populaire. Plusieurs arguments sont avancés et bien contestés par Nicolas Frémeaux dans son livre Les nouveaux héritiers.

 

Le premier consiste à dire que taxer un héritage revient à taxer des revenus qui ont déjà été taxés. Mais le raisonnement ne tient pas : on achète un logement avec des revenus déjà taxés et pourtant on paie une taxe foncière ; on fait ses courses avec des salaires déjà taxés et pourtant on paie la TVA, etc. De plus, ce n’est pas celui qui a accumulé des revenus qui paient mais celui qui les reçoit, ce n’est pas la même personne !

 

Taxer l’héritage de manière plus importante découragerait l’accumulation. Les études empiriques qui ont testé cette hypothèse n’ont pas été conclusives. A l’inverse, joue ce que les spécialistes appellent « l’effet Carnegie » : quand on hérite d’une grosse fortune, on n’entreprend plus.  Une étude récente est venue démontrer empiriquement sa réalité.

 

Comment réformer la fiscalité de l’héritage ? Pour l’économiste André Masson, taxer uniquement et plus lourdement les gros héritages est impopulaire et anti familial. Seulement encourager les donations fait perdre beaucoup de recettes fiscales.

 

Il plaide donc pour un ensemble de mesures qui vise à désinciter l’héritage : passer le taux marginal d’imposition de 45 % à 70 % mais, dans le même temps, encourager fiscalement les donations lorsque l’on est jeune, « liquéfier » l’épargne immobilière par des produits innovants de viager et favoriser l’investissement de long terme (par exemple pour transition écologique) des plus âgés, les héritiers devant également conserver l’investissement un certain nombre d’années.

 

Seuls ceux qui ne veulent pas faire d’efforts seraient pénalisés. Que le président de la République le veuille ou pas, le débat sur la taxation de l’héritage ne faut que commencer.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER