CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Emmanuel Macron aura-t-il...
https://player.vimeo.com/video/594672647?autoplay=1 Olivier-Passet-Emmanuel-Macron-aura-t-il-vraiment-ete-le-President-des-riches-Un-premier-bilan-306348429.jpg
08/09/202107:01

À quelques mois des élections, quel est le bilan social du président que les critiques affublaient dès les premiers mois du sobriquet « président des riches » ? C’est un bilan difficile, disons-le, tant la crise covid a tout écrasé sur son passage, cassant le fil du cours des réformes que le président voulait mener coûte que coûte avant d’être rattrapé par le « quoi qu’il en coûte ».


Les réformes « Macron » privilégient le capital


Sur le papier, peu de doutes. Entre efficacité et équité, c’est le premier objectif qui a été favorisé :


- ordonnances travail qui étendent le champ de la négociation d’entreprises pour déroger aux règles contraignantes du Code du travail ;
- réforme de l’assurance chômage qui durcit les conditions d’éligibilité et les conditions de calcul des allocations ;
- train de mesures fiscales en faveur des plus riches avec l’instauration de la flat tax sur le capital, de l’IFI qui supprime l’impôt sur la fortune sur la composante financière des patrimoines ;
- poursuite de la politique d’allègement des prélèvements sur les entreprises à travers la baisse des cotisations employeurs, la conversion du CICE en baisse de charges pérennes, assortie d’un double chèque, à travers la baisse aussi la baisse graduelle de l’IS vers 25 % et l’allègement des impôts sur la production…
En d’autres termes, les réformes « Macron » privilégient le capital. Ces réformes ont à des degrés divers déjà imprimé leur marque sur les agents économiques, même si l’on ne dispose pas d’un bilan abouti encore, par manque de recul :
- Côté entreprises, la barque fiscale a été nettement allégée, comme en témoigne le rapport entre l’ensemble des prélèvements obligatoires diminués des subventions, rapporté à la valeur ajoutée.
- Côté ménages, même si la période semble globalement caractérisée par une neutralité, la très forte montée des flux de dividendes jusqu’en 2020, combinée à leur hyper concentration sur la frange la plus riche de la population (64% sont allés au 0,1% des foyers les plus aisés et 33% au top 0,01% en 2018), suggèrent que les ultra-riches ont fortement capitalisé sur les avantages fiscaux du gouvernement.


Le grand soir du Code du travail : pas encore à l’ordre du jour


Les ordonnances « travail », que l’on présentait en début de mandat comme une révolution copernicienne, demeurent en revanche au stade de la potentialité. L’instauration des CSE a indéniablement dynamisé la négociation d’entreprise. 49 000 accords ou avenants ont été conclus en 2019, notamment du côté des petites entreprises, quand ce nombre oscillait autour de 25 000 de 2015 à 2017. Mais cette activité semble d’abord liée au réglage des modalités de fonctionnement des CSE. Le fait que les entreprises se soient engouffrées dans cette possibilité pour détricoter le droit du travail n’est pas avéré cependant. Les accords de performances collectives (APC) — qui ouvrent la possibilité de modifier le temps de travail, les rémunérations et les conditions de mobilités, dont les effets l’emportent sur les clauses du contrat de travail et qui focalisaient toutes les inquiétudes, de même que les accords de rupture conventionnelle collective — demeurent extrêmement marginaux. Entre janvier 2018 et juin 2020, on dénombrait 371 APC et 164 accords de rupture conventionnelle. Au regard de la population des entreprises, c’est très peu. Les entreprises rechignent à s’engager dans des négociations conflictuelles et le grand soir du Code du travail n’est pas à l’ordre du jour à ce stade du mandat. La revitalisation du dialogue a en revanche constitué un facilitateur de la mise en place du chômage partiel et du télétravail durant la crise.  


Face à l’empilement des mesures pro-capital, peu de contrepoids sociaux


Et face à cela, on peine à trouver le contrepoids social qui avait été promis par le président :


- La suppression de la taxe d’habitation, qui devait être le porte-étendard du rééquilibrage vers les plus pauvres et les classes moyennes a vocation à être étendu à tous les contribuables finalement, perdant sa portée symbolique.
- Les contribuables ont vécu la taxation écologique comme un substitut inéquitable.
- La réforme des minimas qui devait simplifier leur accès et consolider la situation des plus pauvres n’a toujours pas vu le jour.
- La réforme des APL, longtemps différée, qui indexe les APL sur les revenus les plus récents permet une économie de 1 milliard pour le gouvernement.
- La hausse de la prime d’activité et la hausse d’un tiers du nombre de bénéficiaires doivent certes être mises au bilan social du quinquennat, mais elle apparaît inévitablement comme une concession pour éteindre l’incendie des gilets jaunes.
- À cela s’ajoute un contexte de modération salariale, dans le prolongement du tournant de l’offre initié par François Hollande. Avec notamment une quasi-stagnation du pouvoir d’achat du SMIC et une poursuite de la politique de resserrage des écarts salariaux unitaires avec l’Allemagne.


Malgré tout, pas de montée des inégalités (pour le moment)


On peine pourtant à objectiver à ce stade une montée des inégalités en France. Les indicateurs interdéciles ne signalent pas d’aggravation globale. La brève montée du taux de pauvreté au début du mandat ne peut être imputée au bilan Macron, et l’année 2019, dernière connue, signale plutôt une régression de ce ratio. Un résultat qui contraste avec l’empilement apparent des dispositifs favorables au capital. Une stabilité relative à mettre sur le compte de la hausse du taux d’emploi nette depuis le tournant de l’offre de 2013. Avec en arrière-plan, une puissante relance des politiques actives de l’emploi sous Macron, notamment de l’apprentissage et un assouplissement du statut d’autoentrepreneurs assorti d’une très forte montée de leu nombre, version française des minjobs à l’allemande ou des emplois zéro-heure britannique. Ce déblocage des petits boulots fournit des compléments de revenu aux foyers les plus précaires. Le paradoxe de l’ubérisation, c’est que partout où elle s’étend, elle réduit les inégalités apparentes dans la phase de montée de ces emplois. C’est un résultat fragile. Par infusion lente, ces emplois creusent à moyen terme les inégalités et renforcent les sentiments d’inéquité dans la population.


Indéniablement la France a poursuivi sa « shröderisation » sous Macron. Avec une inclusion accrue sur le marché du travail… Mais avec aussi un poison lent de la montée des inégalités dont on ne verra la couleur que plus tard.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier