Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Un new deal sur les salaires

Publié le jeudi 4 juillet 2013 . 3 min. 29

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

L'économie mondiale a cru pouvoir croître pendant les années qui ont précédé la crise sans le carburant des salaires, au grand dam de la classe moyenne. L'économie s'était inventé un nouveau paradigme, celui du capitalisme patrimonial selon les termes de M. Aglietta, une boucle vertueuse, où les revenus réinvestis créaient de la valeur actionnariale ou immobilière. Le volume du crédit étant lui-même indexé sur la valorisation des actifs mobilier et immobiliers, cette richesse générait de la consommation via une boucle crédit / richesse qui permettait de s'endetter sans dégrader les bilans puisque actifs et passifs évoluaient de pair. Une boucle crédit richesse qui semblait avoir fait un sort à l'inflation, un cercle vertueux qui s'est avéré vicieux, nul besoin d'épiloguer.

En perdant cette boucle miraculeuse, l'économie mondiale a aussi perdu le consommateur en dernier ressort, américain notamment, mais pas seulement. Un consommateur dont l'endettement avait pour principale vertu d'écouler les surproductions du monde. La crise est venue de là.

Et la sortie véritable de cette crise planétaire viendra de la capacité des économies à réinventer la consommation. A en réinventer les formes pour la rendre plus compatible avec le développement durable, à en réinventer la dynamique, aussi, en réamorçant une boucle productivité, prix, salaire. Cela sera notamment décisif pour la pérennité de la reprise aux États-Unis. Cela sera également déterminant pour le rééquilibrage du monde, en Allemagne, en Chine, et au Japon, chez ces grands mercantilistes qui exportent aussi de la déflation salariale.

C'est en Allemagne que l'accélération des salaires est la plus manifeste. C'est aussi l'économie la plus proche du plein emploi. Le pouvoir d'achat du salaire horaire croît à un rythme voisin de 2 %. Des rythmes inconnus depuis longtemps. Les coûts salariaux par unité produite sont repartis à la hausse après 15 ans de stagnation. Et fait exceptionnel, la croissance du pouvoir d'achat est même supérieure aux gains de productivité depuis 1 an. Si l'on ajoute à cela la croissance des couts salariaux des PECO, très supérieurs à la moyenne de la zone, un mouvement de convergence est bien engagé en Europe.

Du côté des États-Unis, le pouvoir d'achat du salaire horaire est en nette accélération, une accélération alors même que l'économie est relativement éloignée du plein emploi.

Au Japon, les prix à la consommation sont spectaculairement repartis à la hausse depuis la fin de 2012. Une première depuis près de 20 ans. La croissance des salaires est, elle, tout juste sortie du rouge. Mais il est trop tôt pour se prononcer sur le réamorçage d'une boucle prix-salaires. Ce sont les bonus de juin et de décembre qui feront la tendance.

En Chine, on le sait, les salaires connaissent une très forte croissance, supérieure à la productivité depuis 2006.

Autant d'inflexions qui signalent que les salaires pourraient reprendre progressivement leur fonction de financement de la consommation et de la croissance. L'économie mondiale, en mal d'un consommateur en dernier ressort, pourrait y trouver son compte en redécouvrant finalement les ressorts de la consommation.

Olivier Passet, Un new deal sur les salaires, une vidéo Xerfi Canal


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER