Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Pas de crise pour la chirurgie esthétique

Publié le jeudi 6 juin 2013 . 3 min. 26

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse de Philippe Gattet, directeur d'études Xerfi

Affaire PIP ou pas, la chirurgie esthétique ne connaît pas la crise. Selon les prévisions de Xerfi, la bonne tenue de la demande soutiendra l'activité des cliniques spécialisées, qui progressera de 4% par an d'ici 2015. Mieux : en dépit du scandale sanitaire, l'augmentation mammaire reste la première opération de chirurgie esthétique en France, devant la lipoplastie, la chirurgie des paupières et du nez. Les candidates à l'opération auraient pourtant pu être sérieusement refroidies par ce scandale, qui a éclaté en 2010. La société PIP, incarnée par son sulfureux fondateur Jean-Claude Mas, était alors rattrapée par la justice. Elle avait vendu des prothèses mammaires défectueuses à l'origine d'un taux de rupture anormalement élevé des implants causant de graves inflammations. Or, on estime que 30 000 femmes sont porteuses de ces prothèses en France. Près de la moitié d'entre elles ont d'ailleurs dû subir une opération d'explantation. Face à une crise d'une telle ampleur, les craintes des suites opératoires sont bien évidemment devenues plus intenses parmi les Françaises désireuses de subir une intervention. Mais moins que l'on n'aurait pu le penser. Les ventes de prothèses mammaires ont simplement décéléré. Mais il n'y pas eu d'inflexion de la courbe. En France, le rythme de croissance devrait se situer aux alentours de 4% ces deux prochaines années, alors qu'il oscillait entre 5 et 15% depuis 20 ans. Le segment est simplement devenu moins dynamique que les autres. Pour donner un ordre d'idée, tous matériels confondus, la croissance devrait en effet atteindre 10% au niveau mondial. L'après-scandale PIP a été marqué par la mise en place d'une règlementation plus sévère pour restaurer la confiance. Les modes de certification des dispositifs médicaux ont notamment été renforcés. Mais si cette demande se confirme, elle pourrait ne pas bénéficier aux cliniques françaises. En effet, depuis le 1er octobre 2012, les interventions esthétiques sont soumises au taux normal de TVA de 19,6 et 20% dans quelques mois, alors qu'elles en étaient exonérées auparavant. Quand on sait qu'une opération de pose d'implants mammaires coûte entre 2 000 et 6 000 euros, cela représente un surcoût non négligeable de 400 et 1200 euros. Or, 52% des Français voient déjà les tarifs élevés comme une raison de ne pas recourir à une opération. Deux possibilités s'ouvrent alors : ou bien les praticiens rognent leurs marges et lissent cette hausse des prix, ou bien les candidates à l'opération se tourneront vers des opérations low-cost, à l'étranger. Plusieurs agences de voyage spécialisées comme Estetika Tour ou Makeover Travel proposent déjà des offres incluant l'intervention, le séjour et les soins post-opératoires au Maghreb ou en Europe de l'est. Et les tarifs affichés sont deux fois moins élevés que ceux pratiqués pour la seule réalisation de l'acte en Europe. Aujourd'hui, ces offres ont donc toutes les raisons de trouver leur demande en France, deuxième marché de la médecine et de la chirurgie esthétique en Europe derrière l'Italie, avec près d'un demi--million d'interventions par an. Un marché important, mais qui risque de se déplacer hors de nos frontières si les Français confirment ces prochaines années leur intérêt actuel pour la chirurgie esthétique.

Philippe Gattet, Pas de crise pour la chirurgie esthétique, une vidéo Xerfi Canal

 



x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER