Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

A ceux qui caricaturent notre pays en enfer inégalitaire, l’Insee vient d’apporter un nouveau démenti. La France est une incroyable machine à combler les écarts de revenus par redistribution intensive.

Que dit l’Institut de la statistique ?

Qu’il faut corriger notre vision de la redistribution : elle est encore plus « efficace » qu’affichée. On croyait que grâce aux politiques fiscales et sociales, le rapport entre le revenu moyen des 10% les plus riches et des 10% les plus pauvres passait de 13 à 7. En fait, nous dit l’Insee, il est ramené de 13 à 3.

Reprenons en détails.

Jusqu’à présent, notre vision était que la réduction des inégalités reposait :
– pour deux tiers sur les prestations sociales, du type minima sociaux, prestations familiales ou retraites,
– et pour un tiers sur les prélèvements, comme l’impôt sur le revenu, la CSG et les cotisations sociales.

La nouveauté, c’est que l’Insee a élargi sa focale. En y intégrant…
- d’une part les prélèvements indirects, comme la TVA ou les droits sur le tabac,
- d’autre part, ce qu’elle appelle les transferts sociaux « en nature ». Car, note l’Insee, les services publics de santé, d’éducation ou de logement « jouent un rôle déterminant dans la réduction des inégalités. »

Pour les 10% les plus pauvres, les services en nature contribuent à hauteur de 44% à leur niveau de vie après transferts – six fois plus que pour les plus aisés. C’est l’équivalent de 8800 euros par an et par foyer…

L’Insee peut désormais affirmer que, pour le décile des plus démunis, l’effet redistributif provient pour la moitié, c’est énorme, des transferts en nature. L’institut précise que les ménages modestes et médians bénéficient aussi de la « redistribution élargie. »

De cette nouvelle évaluation, on peut tirer trois enseignements.

D’abord, elle peut expliquer la frustration, voire la colère des Français. Que disaient les Gilets jaunes ? Qu’ils payaient toujours plus pour recevoir de l’Etat providence toujours moins. Ce double effet négatif nourrit l’angoisse du déclassement de foyers affectés dans leur niveau de vie par la dégradation des services publics.

Ensuite, elle illustre la fragilisation du pacte républicain. Que constate-t-on dans un pays à la pression fiscale et au niveau de dépenses publiques les plus élevés au monde ?

Désormais, seuls 43,7 % des foyers fiscaux sont assujettis à l’impôt sur le revenu. Pour les autres, certes soumis à d’autres prélèvements, le lien entre coût et service public ne cesse de se distendre.

Enfin, on mesure mieux l’enjeu de l’efficacité des politiques de redistribution. Or si la France est le pays de l’OCDE qui réduit son plus le taux de pauvreté, le drame, c’est qu’elle affiche un des niveaux les plus élevés de pauvreté avant transferts.

Voilà le scandale. Les ménages les plus démunis pâtissent d’un système éducatif devenu machine à exclure, d’un marché du travail implacable pour les outsiders, d’une formation professionnelle inadaptée et de dispositifs emploi formatés pour entretenir la précarité.

Voilà la vérité : notre Etat-providence est double médaille d’or, des prélèvements à but redistributif et de la pauvreté. Viser une réelle égalité des chances est aussi un moyen de réduire les inégalités de revenus. C’est même le seul combat qui vaille.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER