La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Comprendre Comprendre la construction de...
https://player.vimeo.com/video/260739320?autoplay=1 Philippe-Gattet-PGA-Comprendre-la-construction-de-scenarios-strategiques-7384.jpg
06/06/201803:17

La construction de scénarios consiste à établir des représentations plausibles de l’évolution de l’environnement d’une industrie, afin d’anticiper quelles stratégies pourraient s’y révéler pertinentes. Il s’agit d’une forme de planification stratégique dans laquelle, plutôt que de déterminer un plan unique, on accepte que plusieurs futurs sont possibles. Cette méthode est particulièrement utilisée dans les industries où l’intensité capitalistique est élevée et les évolutions politiques instables, comme l’industrie pétrolière.

 

Pour construire des scénarios, il convient tout d’abord d’identifier les variables pivots, c’est-à-dire les facteurs dont l’évolution est la plus déterminante pour l’avenir de l’industrie. Ces variables pivots sont généralement obtenues grâce à une analyse PESTEL, qui consiste à déterminer tous les facteurs Politiques, Economiques, Sociologiques, Technologiques, Ecologiques et Légaux pouvant avoir des répercussions sur une industrie de biens ou de services.

 

Si l’analyse PESTEL peut permettre d’identifier plusieurs dizaines de facteurs, la construction de scénarios impose de ne retenir que les deux plus déterminants, qui sont les variables pivots. Il convient alors de croiser les évolutions possibles de ces deux variables pivots, selon qu’elles se réalisent ou qu’elles ne se réalisent pas, ce qui permet d’obtenir quatre scénarios.

 

Imaginons par exemple que l’on souhaite identifier les scénarios dans l’industrie automobile et que l’on choisisse comme variables pivots d’une part l’autonomisation des véhicules et d’autre part leur électrification. On obtient ainsi les quatre scénarios suivants : autonomisation faible et électrification faible, autonomisation forte et électrification faible, autonomisation faible et électrification forte, et enfin autonomisation forte et électrification forte.

 

Il est alors nécessaire de scénariser chacune des situations obtenues, c’est-à-dire de lui donner un titre explicite (on peut utiliser des titres de films, de séries ou de romans) et d’anticiper quelles seront ses conséquences. Il ne reste plus alors qu’à déterminer quelle serait la stratégie la plus adaptée à chacun de ces scénarios.

 

Si la construction de scénarios est une méthode moins unilatérale que la planification stratégique, elle présente cependant la même limite : en définissant des scénarios trop précis, on risque de s’y enfermer et d’interpréter l’évolution réelle de l’environnement au travers des scénarios. Il existe alors un risque de réduire la liberté de mouvement, pourtant essentielle à la stratégie, les scénarios devenant rapidement des contraintes.

 

Par conséquent, si l’on ne peut que conseiller de construire des scénarios, car c’est un exercice fécond qui pousse à mieux connaître son industrie et à anticiper ses évolutions possibles, il faut toujours être capable d’oublier les scénarios une fois qu’ils ont été rédigés : l’évolution réelle de l’environnement est toujours plus complexe que celle qui a été prévue et aucun scénario ne peut exactement l’anticiper.


Mots clés : StratégieComprendreEntrepriseStratégiePESTELscénarios stratégiquesenvironnement industriel

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier