Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


IA : Les entreprises face à la domination des géants du numérique

Enregistré le mercredi 24 avril 2019 . 3 min. 33

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Américains ou chinois, les groupes du numérique confirment progressivement leur leadership mondial en matière d’intelligence artificielle. À coup de milliards de dollars d’investissements, ils s’emploient à constituer de très larges équipes de programmeurs en interne, à embaucher les meilleurs experts du domaine, et à racheter les plus belles pépites. Il faut dire que l’IA du futur présage une rupture d’ampleur : celle de remplacer l’individu par la machine. L’IA contemporaine, elle, se limite au rôle d’assistant, de prothèse humaine. C’est cette IA « faible » qui commence à irriguer tous les secteurs d’activité et toutes les fonctions de l’entreprise, avec à la clé, des gains de productivité, des gains en qualité et, par effet de « rebond », la création de nouvelles offres.

En détenant cette technologie pivot, les groupes du numérique acquièrent une place tout à fait particulière dans le système productif. Forts de ressources financières et humaines considérables, ils ont les moyens de concevoir la mécanique de base des systèmes d’intelligence artificielle à des tarifs extrêmement compétitifs. À l’image d’un châssis conçu pour un modèle de voiture et réemployé sur un autre modèle, les systèmes d’IA de Google, Facebook ou IBM sont destinés à être adaptées aux besoins d’organisations tierces.

Ce prêt-à-porter technologique revêt cependant des risques ou des coûts cachés pour les entreprises, à commencer par la dépendance économique et technologique. Et puis si toutes les entreprises d’une industrie recourent aux mêmes solutions standardisées, le risque d’indifférenciation des offres, et donc de concurrence par les prix, pourrait s’accélérer. Ces solutions peuvent aussi se révéler un véritable cheval de Troie pour capter les données des entreprises (et de leurs clients) et mettre la main sur leur savoir-faire.

Il apparaît donc crucial pour une entreprise de personnaliser ces systèmes d’IA « ouverts » pour empêcher la valeur de migrer vers ces géants du numérique. Cela sous-entend de s’entourer de compétences spécifiques, d’ingénieurs et programmeurs informatiques pour concevoir, maintenir et faire évoluer ces outils. Ces compétences seront de préférence internalisées pour éviter les solutions standardisées, facilement imitables et approximativement ajustés des prestataires du numérique.

L’intelligence artificielle pose une autre question d’ordre stratégique aux entreprises : de quel type et de quelle quantité de données disposer pour en tirer pleinement parti ? Il ne s’agit pas forcément d’évoluer dans le domaine du big data en collectant un maximum d’informations trop souvent gouvernée par les géants du numérique, mais bien du small ou du smart data, c’est-à-dire de disposer d’une quantité plus restreinte mais plus pertinente d’informations. Ne l’oublions pas : des données fausses à grande échelle donneront toujours une solution erronée. Et puis si toutes les entreprises partagent les mêmes données, comment les entreprises se différencieront-elles ?

Dès lors, savoir collecter les données, les raffiner, leur donner du sens s’imposent comme des pré-requis indispensables pour implémenter des solutions d’intelligence artificielle dans l’entreprise. Il faut également savoir protéger les données, notamment depuis la mise en place du RGPD en Europe. Les entreprises vont donc devoir acquérir des compétences en interne pour travailler la data, l’interpréter, garder la main sur leurs données. Objectif : en faire un atout pour réussir le virage de l’intelligence artificielle et une arme pour renforcer son avantage concurrentiel.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER