Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Comprendre l'impact des gains de productivité sur l'économie

Publié le lundi 26 octobre 2015 . 3 min. 19

https://player.vimeo.com/video/142617566?autoplay=1 Comprendre-l-impact-des-gains-de-productivite-sur-l-economie-4180.jpg picto
Voir plus tard
Partager
Imprimer

La productivité de la France s’épuise depuis 2008. Et c’est un problème majeur, car c’est sa progression, et elle seule, qui permet aux Français de s’enrichir de façon durable, en dehors des phases de bulle. Ce n’est d’ailleurs pas difficile à comprendre à partir de ce schéma simplifié.

Il faut d’abord garder à l’esprit que la productivité mesure l’efficacité avec laquelle une économie mobilise ses ressources pour fabriquer des biens et des services. Les gains de productivité mesurent donc l’accroissement de la production à moyen égaux et cela permet de dégager un surplus de richesse qui se partage entre hausse des salaires, hausse des profits et baisse des prix. Il faut d’abord se concentrer sur les effets les plus directs. Plus de salaires, c’est en partie plus d’épargne mais surtout plus de consommation, augmentant mécaniquement le PIB. La baisse des prix stimule elle aussi la consommation mais est également facteur de compétitivité avec, à la clé, plus d’exportations et moins d’importations, donc plus d’activité et de croissance pour le pays.

Les entreprises peuvent conserver une partie des gains de productivité sous forme de hausse des profits. Cela peut permettre de distribuer plus de dividendes, ce qui a un impact sur l’évolution de l’épargne et de la consommation. Une partie peut être dédiée au désendettement Enfin, une part va à l’investissement. Les nouveaux équipements intégrant des procédés plus modernes sont sources de gain de productivité et permettent d’auto-entretenir le cycle de la productivité. Des investissements en hausse, c’est aussi une demande en biens d’équipement en progression et avec elle toute une série d’activités B2B qui s’insèrent dans la chaîne de valeur industrielle ce qui accroît encore une fois le PIB. Passons maintenant aux effets de second tour. Plus de consommation, c’est plus d’entrée de TVA. Plus de salaires, c’est plus de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu. Enfin plus de profit, c’est plus d’IS dans les caisses de l’Etat.

La hausse des rentrées fiscales et sociales donne alors des marges de manœuvre pour se désendetter et/ou pour financer la croissance des dépenses publiques : transferts sociaux qui soutiennent la consommation des ménages, création d’emplois publics et investissement public qui permet notamment de rendre l’environnement plus favorable à l’offre : infrastructures, éducation, recherche fondamentale qui sont autant sources de productivité supplémentaires. La hausse de la demande publique participe à son tour à la croissance du PIB.

Ainsi, la distribution des gains de productivité, en dynamisant les différentes composantes de la demande globale (consommation, investissement, dépenses publiques et exportations) est un facteur de croissance économique. Une croissance qui, si elle est suffisamment élevée (c’est-à-dire supérieure aux gains de productivité), se traduit par des créations d’emplois dont les effets sur la consommation et les recettes fiscales et sociales se diffusent à leur tour. Une mécanique bien huilée qui peut très vite se gripper si le schéma de la redistribution est déséquilibré et que certains tirent trop la couverture à eux.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER