La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/243675069?autoplay=1 Alexandre-Boulegue-ABO-Foodtech-6945.jpg
04/01/201802:58

Le soufflé autour de la galaxie FoodTech ne serait-il pas retombé dans l’Hexagone ? Toujours est-il que le secteur a du mal à passer à l’âge adulte selon l’étude Xerfi France. Après l’engouement des consommateurs, des entreprises, des restaurateurs et des investisseurs pour les plateformes de livraison de repas à domicile, les faillites de Take Eat Easy ou de Tok Tok Tok sont encore dans tous les esprits. Des faillites qui font douter de la capacité de Deliveroo, Foodora et autres à devenir rentables à court terme. La consolidation des sociétés de livraison autour de 2 à 3 leaders maximum paraît alors inéluctable. Le segment de la restauration virtuelle, avec des acteurs comme Frichti par exemple, est lui moins exposé au risque d’explosion de bulle. Mais il n’est pas non plus à l’abri d’un mouvement de consolidation. Quant aux applis de commande au restaurant et aux marketplaces de proximité, elles disposent d’un potentiel de croissance réel, certes, mais qui ne lève pas les doutes sur la viabilité des business models.

 

Et pour cause. De nouveaux entrants, particulièrement menaçants, émergent. À commencer par le géant américain Amazon qui pourrait à lui seul faire voler en éclat la configuration actuelle du marché. Il est vrai que le leader mondial du e-commerce ne manque pas d’atouts entre son avance incontestable dans la logistique, sa connaissance client, sa politique commerciale et désormais son approvisionnement alimentaire. Amazon maîtrise déjà la livraison de denrées alimentaires en 1h et celle de repas de restaurants affiliés. Certains évoquent même son intention de commercialiser ses propres kits de plats à préparer. En réalité, deux scénarios se dessinent selon l’étude Xerfi France. Dans le premier, Amazon exporte en France l’ensemble de ses services et alors les cartes du paysage concurrentiel de la foodtech seront totalement rebattues. Dans le second : Amazon ne bouge pas, ce qui serait alors un très mauvais signal envoyé concernant les perspectives de croissance du marché.

 

Au-delà des conséquences potentielles de l’arrivée d’Amazon, l’étude de Xerfi France se penche aussi sur les grands défis des acteurs de la foodtech en France. Et le premier de ces défis consiste à résoudre une équation financière particulièrement complexe suite à l’intensification de la concurrence. Comment en effet se différencier tout en continuant à investir dans la technologie, les effectifs ou le marketing, alors que le panier moyen baisse, que les commissions sont tirées vers le bas et que les financements risquent de se tarir ? L’autre grand défi concerne la question du statut des livreurs indépendants. La fronde actuelle des livreurs pourraient de fait entraîner de nombreux départs alors que les plateformes doivent recruter pour faire face à l’explosion de la demande. A moins que la justice reconnaisse aux livreurs le statut de salariés. Ce qui signifierait la mort du business model dominant des sites de livraison.

 


Mots clés : Economie numériqueServices aux particuliers

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier