La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global L'industrie nucléaire...
https://player.vimeo.com/video/256940405?autoplay=1 Kathryn-McFarland-KMC-L-industrie-nucleaire-mondiale-7272.jpg
19/03/201802:51

Xerfi Global vient de publier une étude sur l’industrie mondiale de l’énergie nucléaire, un secteur qui se redresse doucement des effets de la catastrophe de Fukushima en 2011.


Malgré cette reprise, les projets de construction de nouveaux réacteurs restent au plus bas dans les pays industrialisés. En effet, Fukushima a créé de nombreux obstacles pour l’industrie, ravivant non seulement la méfiance des citoyens à l’égard du nucléaire, mais renforçant également les règles de sécurité, et donc les coûts, pour les opérateurs. Et alors que les coûts des chantiers et les frais opérationnels ne cessent d’augmenter, les financements se compliquent sérieusement. Une autre menace se trouve du côté des substituts au nucléaire. Le coût des énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien diminue peu à peu, et les prix des combustibles fossiles restent à des prix historiquement bas, érodant l’avantage-coût dont pouvait longtemps se targuer la filière nucléaire.


Ces tendances s’illustrent dans le mix énergétique mondial : en 2015, les centrales nucléaires n’ont généré que 11% de l’électricité produite dans le monde, contre 18% en 1990.


Et pourtant, les perspectives de la demande restent solides à plus long terme puisque l’accroissement des besoins d’électricité dans le monde ainsi que la nécessité de développer des sources d’énergie bas-carbone favorisent le nucléaire. C’est particulièrement le cas dans les économies émergentes. L’Inde, la Chine et la Russie ont chacun un appétit particulièrement fort pour cette énergie. A moyen-long terme, c’est la Chine qui offre les opportunités de croissance les plus fortes : quelques 20 réacteurs sont en construction, 40 en phase de planification, et 143 autres sont prévus.


Les grands gagnants seront les constructeurs de centrales de ces mêmes pays émergents. Les acteurs européens, américains et japonais, eux, risquent de rester à la traîne. Ils doivent donc agir, et vite. Pour survivre dans cet environnement incertain, les opérateurs ne se limitent plus à la course aux appels d’offres, mais cherchent aussi à se diversifier par la fourniture de services complémentaires, ou même l’incursion dans la construction ou l’exploitation d’équipements d’énergies renouvelables ou d’autres centrales. Les opérateurs poursuivent également leurs efforts d’intégration verticale, d’alliances et de partenariats dans le but de créer des synergies et réduire leurs coûts par des gains de productivité.


Mots clés : Energieindustrie nucléaireindustrie nucléaire mondialeFukushimaCentrale nucléaireEnergie nucléaire

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier