La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Secteurs & marchés L’investissement dans...
https://player.vimeo.com/video/219838610?autoplay=1 Cathy-Alegria-CAL-L-investissement-dans-l-industrie-hoteliere-6321.jpg
26/06/201703:00

L’investissement dans l’industrie hôtelière a la cote. À tel point que les cibles sont de plus en plus disputées par les investisseurs selon l’analyse de l’étude Xerfi-Precepta sur le sujet. Après avoir dépassé 2 Md€ en France en 2016, les transactions devraient encore progresser d’ici 2020. Il faut dire que les moteurs de croissance sont nombreux. Je pense aux stratégies d’externalisation des actifs de la part des exploitants et à la vétusté de certains établissements indépendants. Je pense également au potentiel touristique de l’Hexagone. Et, à l’évidence, les avantages fiscaux liés à ces placements ainsi que les rendements des hôtels, supérieurs à ceux des bureaux ou des commerces, ont achevé de convaincre les investisseurs.

 

Mais avec la rareté et la flambée des prix, la concurrence monte d’un cran entre les acheteurs potentiels. On peut même dire que la concurrence fait rage. Il suffit pour s’en convaincre d’évoquer les offensives des acteurs du private equity (comme ExtendAM, Turenne Hôtellerie ou encore Eurazeo), des sociétés de gestion d’actifs (comme Novaxia ou LFPI), des investisseurs gestionnaires spécialisés dans l’investissement hôtelier (tels que Algonquin Paris Inn Group) ou des institutionnels (à l’image de Swiss Life ou Aviva). Bref, l’investisseur historique, Foncière des Murs, n’est plus seul sur les rangs. C’est d’autant plus vrai que ces opérateurs ne convoitent plus uniquement les murs des hôtels mais aussi les fonds de commerce pour accroître leurs revenus. Parmi les acteurs les plus offensifs figurent les investisseurs gestionnaires hôteliers. Ils se positionnent à la fois comme acquéreurs et comme exploitants d’hôtels. Ils peuvent en outre s’appuyer sur des compétences fortes dans l’exploitation. Ce qui leur permet d’obtenir des rendements plus élevés.

 

Il est vrai que le dynamisme des investissements hôteliers est à géométrie variable. C’est ainsi que les chaînes hôtelières sont plébiscitées, en raison de leur côté sécurisé. Autres avantages : un taux d’occupation en général supérieur à ceux des hôtels indépendants et une taille en moyenne trois fois plus importante que celle des concurrents. L’hôtellerie économique fait, elle, l’objet de toutes les convoitises. Il s’agit en effet du segment le plus rentable de l’hôtellerie tricolore grâce à des coûts d’exploitation et des investissements réduits. L’ambiance est en revanche plus morose dans l’hôtellerie moyen de gamme. Ce segment est bien sûr directement affaibli par l’offensive d’Airbnb et consorts. Une tendance qui devrait par ailleurs persister d’ici 2020 selon l’étude Xerfi-Precepta. Enfin, certains acteurs orientent plus volontiers leurs investissements vers les hôtels en province. Malgré une activité saisonnière et des taux d’occupation plus faibles qu’en Ile-de-France, ces actifs génèrent en effet des rendements très élevés car ils se négocient à des tarifs inférieurs.

 

Cathy Alegria, L’investissement dans l’industrie hôtelière, une vidéo Xerfi Canal.


En savoir plus

Mots clés : Services aux entreprisesServices aux particuliersServicesIndustrieMarché HôtelSecteurEtude

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier